“La grande mutation sera celle de l’âme humaine” Pierre Rabhi🌷

“La grande mutation sera celle de l’âme humaine” Pierre Rabhi🌷
Franck Bessiere / Abacapress.com Conference de Pierre Rabhi a Saint Mandrier dans le Var sur l agroecologie au service de la terre et de l humanisme

 

“Il ne suffit pas de manger bio et de se chauffer au solaire. Il n’y aura pas de changement de société sans changement humain. Et pas de changement humain sans changement de chacun. J’espère que l’humanité comprendra enfin que la grande mutation sera celle de l’âme humaine” Pierre Rabhi

 

Bienveillance, altruisme, générosité, humanité, dépasser son égo, se tourner vers les autres, dépasser ses peurs, se faire confiance, avoir confiance… Ces mots sont sans aucun doute les clés d’un avenir heureux, solaire et porteur d’espoir. Par ses écrits et ses pensées pierre Rabhi sait parfaitement bien nous guider.

La question est de savoir si nous allons l’entendre. Pourtant il y va de notre bien-être et de notre pérennité. Le covid 19 devrait nous alerter que le temps du changement a sérieusement pointé le bout de son nez.

Il est indéniable que le changement collectif doit passer avant tout par un changement individuel. La grande mutation est là. Évoluons, gagnons en autonomie, en indépendance. Libérons-nous, sortons de nos schémas limitatifs, osons affirmer qui nous sommes, sans crainte du regard de l’autre, sans culpabilité, prenons des chemins de traverse tout en restant dans le droit chemin, en somme soyons ce que nous voulons être. La mutation collective ne peut passer au préalable que par la mutation individuelle. Elle passe par la remise en question, l’introspection, n’ayons pas peur de nous voir réellement tel que nous sommes.

Si on réfléchit bien, c’est fou de constater comment l’image que nous avons de nous-mêmes diverge bien souvent de l’image que nous renvoyons. C’est un peu schizophrénique cette histoire-là. Avez-vous remarqué que lorsque quelqu’un nous décrit on le regarde la plupart du temps ébahi, en se demandant s’il n’est pas un peu dérangé, tant nous ne nous reconnaissons pas dans son portrait. On a beau chercher des excuses, des justifications, se dire qu’il exagère vraiment, mais avouons-le, la personne qui nous décrit n’est souvent pas tout à fait loin de la réalité.

Observons notre rapport à l’argent, à la famille au couple à nos enfants, à l’amitié, à notre travail, au temps, à l’urgence. Allons vers davantage de simplicité, limitons nos besoins, soyons minimalistes, allons à l’essentiel, soyons davantage contemplatif, ce qui ne signifie pas être passif. Cessons de nous plaindre, d’exiger, d’ordonner. Cessons d’être rancunier, avare, envieux, jaloux, suspicieux…  Optons pour la mutation. Stop aux vieux schémas stéréotypés de croyance qui nous nivellent par le bas, renouvelons-nous, projetons-nous, osons aller vers le nouveau.

Manuela Chambeyron