L’hypersensibilité ou l’instabilité émotionnelle, partie 1🌷

L’hypersensibilité ou l’instabilité émotionnelle, partie 1🌷

L’hypersensibilité touche de plus en plus de personnes et est souvent difficile à gérer. Pas toujours facile de la définir et de la reconnaitre. l’hypersensible souffre la plupart du temps de son hypersensibilité.

Les caractéristiques majeures des personnes hypersensibles

Six caractéristiques majeures 

1) Ses cinq sens sont très développés: l’ouïe, le goût, le toucher, l’odorat, la vue. La plupart du temps il possède un sixième sens. Globalement, il a une très grande capacité à traiter les informations sensorielles. Par exemple, un hypersensible est plus sensible que d’autres à certains bruits, qui lui apparaitront insupportables.  Tout comme certaines images ou scènes peuvent lui apparaitre excessivement violentes.

2)  De par son hyper réceptivité sensorielle, l’hypersensible peut réagir plus fortement qu’une autre personne, en étant plus enjoué, plus en colère, plus craintif ou apeuré. En somme, il est plus mobilisé que quelqu’un d’autre, en positif, comme en négatif. Il peut être dans l’excès et l’extrême.

3) Ses réactions émotionnelles étant plus intenses que d’autres personnes, l’hypersensible dispose d’une empathie très élevée.

4) L’hypersensible est particulièrement sensible et réactif à des stimuli comme une musique, un paysage, une peinture… Ses émotions sont décuplées comparées à quelqu’un d’autre. Ses réactions visibles, pas toujours comprises par son entourage. Elles peuvent être jugées comme exagérées, disproportionnées, irrationnelles.

5) L’hypersensible est très souvent à “fleur de peau”.

6) L’hypersensible est souvent solitaire.

Que ressent l’hypersensible ?

l’hypersensible se considère souvent comme non reconnu comme tel, incompris, mal accepté voire rejeté. Aussi, peut-il avoir du mal à trouver sa place. Il peut s’isoler, se recroqueviller et se complaire dans la solitude.

La personne hypersensible peut se sentir différente, marginalisée, penser qu’elle n’a pas les bons codes ou qu’elle est « malade ». Certaines personnes vont alors en souffrir terriblement dans leur vie professionnelle, amoureuse, sociale ou amicale. Elles peuvent s’isoler et ressentir un grand sentiment de solitude. Cela peut alors déboucher sur des troubles de l’humeur du stress et parfois sur une dépression.

L’hypersensible étant quasiment toujours « à fleur de peau », il se sent instable et a du mal à gérer ses émotions, il en est conscient la plupart du temps. Il est souvent en proie à de la colère, de l’agressivité, il pleure et a les larmes aux yeux facilement.

L’hypersensible se sent en difficulté à vivre parmi les autres. Souvent déçu et soucieux du regard qu’on peut porter sur lui, il trouve fréquemment du réconfort dans la spiritualité.

Qu’est-ce que l’hypersensibilité ?

Sensibilité ou hypersensibilité ?

La sensibilité est la capacité que nous avons à recueillir des informations extérieures par l’intermédiaire de nos sens. En psychologie, on désigne cette faculté par les termes éprouver des émotions ou des sentiments. En théorie, nous en sommes tous dotés, mais selon les personnes elle sera plus ou moins développée.

Lorsque cette sensibilité, cette émotivité sont exacerbées, on parle alors d’hypersensibilité. D’après les derniers chiffres elle toucherait 15 à 25 % de la population.

Tous hypersensibles dès la naissance ?

Pour les psychologues Elaine Aron, Arielle Adda, cette hypersensibilité est présente dès la naissance et la personne la conservera toute sa vie. En revanche Saverio Tomasella, psychanalyste, considère que l’hypersensibilité est en expansion et due au mal être de notre société ; « Esseulé, en perte de repères, en proie aux doutes et fréquemment critiqué, l’homme est de plus en plus à vif ».

L’hypersensibilité est pour moi présente dès la naissance. C’est ce qui va permettre notamment au bébé de comprendre le monde dans lequel il évolue. Il capte tout, reçoit et perçoit tout. C’est une véritable éponge. Il observe, regarde, écoute en permanence, il n’a que ça à faire, c’est son job.

L’évolution de l’hypersensibilité à l’âge adulte

L’hypersensibilité se perd avec le temps, toutefois, plus ou moins selon les individus. Chez certains, elle disparaitra, chez d’autres elle sera modulée et d’autres la conserveront quasi intacte.

L’hypersensibilité va se diluer au fur et à mesure des apprentissages. En grandissant, l’enfant porte alors davantage son attention et sa concentration sur ce qu’il découvre : la marche, la propreté, l’acquisition du langage, le jeu, les échanges avec son entourage….

En ce sens, je considère que l’hypersensibilité est intrinsèque à la personne.  En général, on la retrouvera chez de très bons médecins, psychologues, psychiatres, infirmier.e.s…  Ce n’est pas tant la technicité qui fera leurs compétences professionnelles, car le cursus de formation est quasi identique à tous, mais l’humanité avec laquelle ils sauront travailler. Or, pour toucher cette humanité il faut en général être hypersensible, savoir vivre, en trouvant un juste équilibre.

Dans un prochain post je développerai les atouts à être hypersensible

Manuela Chambeyron